eviter l'avortement involontaire
Sexualité

Informations utiles pour éviter les risques d’avortement involontaire

L’avortement involontaire est un phénomène qui peut survenir soit en début de grossesses, soit quelques semaines avant son terme. C’est une situation qui peut toucher jusqu’à 20 % de femmes enceintes chaque année ; cependant, dans certains cas il est possible d’éviter de courir ce risque. Pour vous aider à mieux comprendre cette pathologie, il est important de connaître au préalable les causes probables, avant de découvrir les différentes astuces pour prévenir l’avortement involontaire.

Les différentes causes d’un avortement involontaire

Le cas d’avortement involontaire est un objet de préoccupation majeur pour de nombreuses futures mamans qui s’inquiètent de pouvoir mener à terme leur grossesse. Il peut devenir notamment un sujet délicat, dont il est important de discuter en couple. Aussi, les soutiens et les conseils d’un spécialiste peuvent s’avérer utiles. Si besoin, vous pouvez avoir le numéro d’un sexologue à Mons.

Parmi les raisons qui provoquent un avortement involontaire, les anomalies de l’embryon constituent une cause inévitable qu’il est difficile malheureusement d’éviter au préalable. Pourtant, c’est l’une des principales origines d’avortement involontaire précoce, durant les 3 premiers mois de grossesse et qui peut concerner jusqu’à 10% de femmes enceintes. Elles sont dues en fait à une anomalie génétique de l’embryon, et comme le fœtus n’est pas viable, il est expulsé de façon spontanée. Dans certains cas, la femme ne peut même pas prendre conscience de la situation, car c’est une perte précoce qui se manifeste juste par un saignement.

Autrement, les autres facteurs qui peuvent exposer une future mère à un risque d’avortement involontaire sont nombreux. A commencer par l’état de santé de la femme enceinte, en passant par son mode de vie ou son environnement. S’ils sont liés à la santé de la mère, il est important qu’elle fasse un suivi médical auprès d’un spécialiste, afin de prévenir tout risque de fausse couche spontanée. D’autant plus, s’il s’agit d’un cas répétitif dû à une anomalie de l’utérus comme le fibrome par exemple, à des troubles médicaux (lupus, diabète) ou encore des dysfonctionnements immunitaires.

Des astuces pratiques pour éviter les risques d’avortement involontaire

Mis à par l’état de santé de la future maman, certains risques sont en effet évitables, afin de prévenir un avortement involontaire, en prenant quelques précautions. A savoir, les prises de certains médicaments en début de grosse, comme l’aspirine ou encore les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les plantes comme la grande camomille, l’absinthe, certaines plantes à effet laxatif, l’armoise, … font également parties de ces facteurs de risques.

Certains modes de vie de la future maman sont carrément à proscrire durant sa grossesse, tels que les cigarettes, la drogue, les boissons alcoolisées. Les habitudes alimentaires sont également à revoir en arrêtant les consommations de viandes et de fruits de mer crus, tout ce qui est produits laitiers et qui ne sont pas pasteurisés, pour éviter les risques infectieux comme le toxoplasme. Diminuer la consommation excessive de café serait également une sage décision.

Outre les modes de vie ou l’état de santé de la femme enceinte, la préservation de son environnement immédiat est également un point crucial à prendre en considération. Cette précaution concerne tout facteur qui risque de l’exposer aux ondes magnétiques ou bien d’attraper une contamination à différents produits chimiques/pesticides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *